Les effets négatifs des récessions ne se limitent pas à la consommation. Entre autres, ils pourraient également nuire aux préférences et aux valeurs. Cette colonne utilise des preuves récentes de la Russie pour faire valoir que les récessions peuvent entraîner une diminution importante de la confiance interpersonnelle. Cet effet est transitoire dans les endroits où la baisse de confiance est faible. Dans ces régions, la confiance revient à son niveau d’avant la crise avec la reprise du PIB. Dans les endroits où la confiance est grande, l’effet est persistant. Même après une reprise, la confiance reste inférieure de 10 points de pourcentage au niveau d’avant la crise. Marc Quintyn, Geneviève Verdier Pourquoi nous soucions-nous des cycles économiques? En 1985, Robert Lucas a fait valoir que le coût de la volatilité macroéconomique pour le bien-être est très faible – et que les économistes devraient donc se concentrer sur la croissance à long terme plutôt que sur les politiques de stabilisation. Il a mis à jour ses calculs en 2003 en utilisant les données américaines de 1947 à 2001 et est arrivé aux mêmes conclusions – le coût des fluctuations de la tendance de consommation à long terme s’élève à seulement 30 $ par habitant et par an. En revanche, les coûts des cycles économiques peuvent ne pas se limiter à la volatilité de la consommation actuelle. Par exemple, ceux qui ne trouvent pas d’emploi pendant la récession subissent un choc négatif sur leur capital humain; cela peut avoir des répercussions durables sur leur productivité tout au long de leur carrière (par exemple, Kahn 2010 constate un effet important, négatif et persistant de l’obtention d’un diplôme universitaire pendant une récession). Un autre coût à long terme de la récession est son impact durable sur les préférences et les valeurs qui peuvent à leur tour affecter négativement les décisions économiques et politiques. Par exemple, Giuliano et Spilimbergo (2014) montrent que les Américains qui grandissent en récession sont plus susceptibles d’avoir des valeurs pro-redistribution que ceux qui grandissent dans les bons moments. Malmendier et Nagel (2007) montrent que les individus qui ont connu des temps meilleurs en termes de rendements boursiers sont moins opposés au risque. La crise en Russie et ses effets sur la confiance Dans notre récent article (Ananyev et Guriev 2015), nous constatons que les crises peuvent également avoir un effet immédiat, substantiel et durable sur la confiance interpersonnelle.1 La confiance est l’un des concepts centraux des sciences sociales modernes. Il est important pour la responsabilité politique (Nannicini et al. 2010), pour l’efficacité du système judiciaire (La Porta et al. 1997), pour le développement financier (Guiso et al. 2004) et la croissance économique (Tabellini 2005, Algan et Cahuc 2010). C’est pourquoi il est important de comprendre ce qui détermine la confiance elle-même. De nombreux chercheurs ont fait valoir que la confiance peut avoir des racines historiques profondes. Par exemple, Putnam (1994) a affirmé que les différences de capital social (et, par conséquent, de qualité de la gouvernance) entre le nord et le sud de l’Italie peuvent s’expliquer par des différences de régimes politiques remontant au 11e siècle. Nunn et Wantchekon (2011) font le lien entre le faible niveau de capital social dans certains pays africains et l’héritage de la traite négrière. Dans notre article, nous montrons que s’il semble réaliste de supposer que le stock de capital social dépend de la trajectoire, il peut également réagir aux événements économiques récents. En particulier, nous étudions l’effet de la crise économique de 2008-09 sur la confiance en Russie. En Russie, le PIB a baissé de 8% de 2008 à 2009. La contraction a été rapide. Au quatrième trimestre de 2008, le PIB a diminué de 19% en termes annuels et au premier trimestre de 2009, le PIB a diminué de 17% en termes annuels. Les régions russes ont varié dans leur expérience de la crise. Dans certains d’entre eux, le PIB a baissé de 20%, tandis que dans d’autres, le PIB a en fait augmenté de 1%. Pourquoi l’effet de la crise était-il si différent selon les régions? L’impact de la crise dépendait de la structure industrielle des régions. Les régions avec une part plus importante d’industries lourdes et de production de pétrole ont connu des baisses de revenus plus importantes. Comme dans toute récession, l’investissement a souffert plus que la consommation. La figure 1 montre qu’en 2008-2009, l’investissement a diminué de plus de 50% alors que la consommation n’a diminué que de 6%. Sans surprise, les producteurs de biens d’équipement ont dû faire face à une chute spectaculaire de la demande. Et, comme les prix mondiaux du pétrole se sont effondrés d’un facteur trois pendant la crise, l’industrie du pétrole et du gaz a également baissé de 40%. Dans le même temps, les industries de biens de consommation et les services n’ont connu qu’une baisse modérée voire ont continué de croître. Figure 1. Dynamique des différentes composantes du PIB russe La figure 2 montre que les régions spécialisées dans le secteur manufacturier ont connu une plus forte baisse du PIB en 2009. En moyenne, une augmentation d’un point de pourcentage de la part du secteur manufacturier dans le PIB régional a été associée à une baisse supplémentaire de 0,4% du PIB pendant la crise. La relation entre la spécialisation dans le pétrole et l’impact de la crise est similaire. Figure 2. La part du secteur manufacturier dans le PIB régional et l’impact de la crise La baisse du PIB s’est accompagnée d’une forte baisse de la confiance interpersonnelle. Dans l’enquête représentative régionale que nous utilisons dans notre article, la confiance en Russie est passée de 34% au deuxième trimestre 2008 à seulement 19% en 2009. La baisse de confiance était, bien entendu, plus importante dans les régions où la PIB. Cependant, cette corrélation n’est pas informative en soi car la baisse du PIB elle-même aurait pu être endogène à la baisse de la confiance. Afin de résoudre le problème de l’endogénéité, nous devons trouver un instrument pour la baisse du PIB – un facteur qui affecterait la chute du PIB pendant la crise mais n’affecterait pas directement le changement de confiance. Nous utilisons la structure de l’économie régionale héritée de l’époque soviétique (à savoir les données du dernier recensement industriel soviétique de 1989). Les régions qui se spécialisaient dans le pétrole ou la production de biens d’équipement il y a 25 ans continueront probablement de le faire. C’est donc probablement eux qui souffriront le plus pendant la crise. La variation de la composition des économies régionales est héritée de l’industrialisation soviétique et est donc exogène aux événements de 2008-09. Nous utilisons la composition de l’ère soviétique de l’économie régionale pour prédire la baisse du revenu en 2009. Nous utilisons ensuite la baisse prévue du revenu pour mesurer l’impact du revenu régional sur la confiance. Nous constatons que l’effet du changement de revenu sur le changement de confiance est statistiquement significatif et de grande ampleur. En contrôlant d’autres déterminants conventionnels de la confiance, nous montrons qu’une baisse de 10% du revenu est associée à une diminution de cinq points de pourcentage de la proportion de répondants qui disent que la plupart des gens peuvent faire confiance (figure 3). Pour la Russie, c’est un effet important étant donné que le niveau moyen de confiance est de 25%. Figure 3. Évolution de la confiance et évolution des revenus entre 2009 et 2009 dans les régions russes. Sources: Ananyev et Guriev (2015). La destruction du capital social est-elle persistante? Pour répondre à cette question, nous avons inclus la question de confiance dans l’enquête réalisée dans les mêmes régions en avril 2014 en utilisant la même stratégie d’échantillonnage. Début 2014, le PIB russe était encore plus élevé qu’avant la crise. Ainsi, si l’effet des chocs de revenus sur la confiance est transitoire, nous ne devons trouver aucune preuve de l’effet de la crise sur le changement de confiance entre 2008 et 2014. Nous avons constaté des différences importantes dans la dynamique de confiance après la crise entre les régions où la baisse initiale de confiance avait été faible ou modérée et les régions où la baisse initiale de confiance avait été élevée. Dans le premier ensemble de régions, la confiance a retrouvé son niveau d’avant la crise. Dans le deuxième ensemble de régions, le niveau de confiance était toujours inférieur de 10 points de pourcentage en 2014 à celui de 2008. Remarques finales Ces résultats suggèrent que les récessions économiques peuvent en effet conduire à une destruction des normes et des croyances qui soutiennent la coopération. Nos résultats ont des implications politiques claires. Essentiellement, ils fournissent un argument supplémentaire pour les politiques gouvernementales anticycliques. Les avantages de ces politiques ne se limitent pas à atténuer les coûts à court terme des récessions. Les politiques contracycliques peuvent également contribuer au développement à long terme car elles contribuent à maintenir le stock de capital social.